"On n’a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne première impression"

Laëtitia Dorio 06 98 42 57 43

Histoire du conseil en image

L’image s’interprète de deux manières différentes :

La première lecture de l’image est globale et ne représente pour son observateur que ce qu’elle est en apparence.

La seconde c’est l’interprétation sémiologique, c’est-à-dire ce qu’elle suggère au lecteur : émotions, sensations liées au vécu (éducation, environnement, culture, souvenirs…) de celui qui l’interprète.

Les grands axes :

Comment la gestion de l’image a servi les intérêts fonctionnels ?

Comment celle-ci a évolué sur une base beaucoup plus scientifique ?

L’appartenance à un groupe :

            L’être humain a besoin d’appartenance à un groupe, de s’associer à autrui, de sentir qu’il est rattaché à un réseau relationnel. Aristote disait « L’homme est un animal social ».

Le sentiment et le besoin d’appartenance nourrit l’estime de soi sociale (ou valeur que l’on se donne dans un groupe).

L’estime de soi sociale (respect) se développe lorsque l’élève prend conscience qu’il est important pour son enseignant et pour les autres élèves de sa classe. L’élève se veut alors impliqué dans un réseau relationnel, « une niche sociale » à laquelle il s’identifie.

Le sentiment d’appartenance devient l’antidote au sentiment de solitude.

 

L’apparence physique :

Cela découle du développement de l’enfant qui non seulement ne saurait subsister par lui-même mais de plus ne pourrait accéder à la qualité d’homme sans d’abord le contact affectif avec ses proches.

Acquérir la conscience de soi par le regard de l’autre, puis son propre regard porté sur l’autre pour se différencier.

Devenir un sujet pleinement pensant et communicant par l’apprentissage du langage.

Aller loin pour le bilan d’image, se positionner : qui l’on est d’où l’on vient.

60000 ans environ avant J-C

Le refroidissement du climat oblige les hommes à protéger leur corps du froid.

Les vêtements de cuir et de fourrure furent les premiers apparats de l’homme. Le vêtement va donc faire son apparition dans un premier temps dans un but pratique, il en résulte aussi que les peaux portées par l’homme qui possédait des étoffes de bêtes sauvages était reconnu comme un chasseur et un membre important du clan.

3000 avant J-C

Dans l’Égypte antique, l’information vient des scribes et ils forment la classe supérieure désignée sous le nom de « Caste » ou « Pagne blanc », en référence aux vêtements de lin blanc qu’ils portaient pour indiquer leur rang.

Améliorer son apparence relevait aussi d’un sens spirituel et sacré, il fallait entretenir son corps pour bien le conserver. La matière précieuse et solide (le vêtement) dévoile la puissance de cette caste. Le blanc interprétait la sagesse et la connaissance des hommes.

500 avant J-C

Confusius (personnage historique ayant le plus marqué la civilisation chinoise, est considéré comme le premier « éducateur » de la Chine) avait perçu l’importance du paraître dans la perception de l’être, « une image vaut mille mots ».

Ce module vise à mettre en avant l’importance capitale du transit d’information à travers l’image. Dans un monde où l’accès à l’information circule en quelques infimes secondes, il est primordial de contrôler l’image. A cette fin, plusieurs outils de communication se sont développés au fil des siècles.

Moyen-Âge

            La couleur hiérarchise, signale, oppose et classe.

            Le blanc (lin) montre une classe élevée, le marron (toile de jute), signifie, lui la classe des labeurs. La couleur est déjà le reflet de l’identité.

  • Les paysans : Les gens modestes avaient des vêtements assez semblables entre eux. La robe courte était leur costume ordinaire avec les chaussures à la poulaine (très pointue). Ils portaient le plus souvent les couleurs.
  • Les moines : L’homme d’Église s’habillait avec des vêtements en laine non teint (gris et brun). Par-dessus, les frères portaient une longue tunique, une pièce triangulaire noire serrée par une ceinture, elle servait également de tablier.
  • Les nobles : Ils s’habillaient avec des collants, des tuniques et des vêtements qui étaient coûteux, comme de la fourrure ou de la soie et des teintures chères. Les couleurs principales étaient le bleu et le rouge (drapeau). Le bleu azur symbolisait la loyauté, la justice, sagesse. Le rouge garance lui, symbolise la force, le courage, la largesse et la charité. Le vert sinople représente la beauté, la jeunesse et la rigueur. Le jaune or est la richesse, la noblesse et la foi. Enfin, le noir sable, représente l’humilité, la patience, la tempérance et la pertinence.
  • Madame de Pompadour 1700 : Jeune femme très intelligente, éduquée sur l’art et les lettres. Elle était très en avance sur son temps pour l’époque, elle devient la favorite du Roi Louis XV et peu ainsi prétendre à marquer son territoire en terme de mode et d’image. Cette jeune femme s’aperçoit que les années passent et pour continuer d’intéresser le roi elle crée la garde rapprochée des femmes qui vivaient au parc des cerf (Versailles). Ces jeunes femmes étaient conseillées sur leur robes, coiffure et couleur pour satisfaire le roi. Ainsi Pompadour gardait la main mise sur celui-ci.
  • Marie-Antoinette : Il faut attendre ainsi que sa conseillère Rose de Bertin, sacrée ministre de la mode, conseillera les femmes dans son magasin « Le grand Mogol », rue Saint-Honoré.

La Renaissance :

Le consultant en image apparaît dès la période Gothique en France comme un conseiller de bonne manière et de mode (guide de savoir-être et de savoir). Sous Catherine de Médicis, l’histoire raconte qu’elle donnait des explications sur des couleurs à éviter ou a préférer pendant des moments importants, pour garantir le succès à la France. Elle est toujours habillée de la tête aux pieds en noir et a su s’imposer comme la Reine veuve de la France et à maîtriser son image jusqu’à la fin.

 

Vous retrouverez la suite de cette article la semaine prochaine.

Vous pouvez désormais télécharger l’article grâce à ce lien : Histoire du conseil en image

Enfin, je serais ravie de lire vos commentaires, en bas de l’article dans la case prévue à cet effet, ce qui me permettra de connaître la façon dont a été perçu ce sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *