"On n’a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne première impression"

Laëtitia Dorio 06 98 42 57 43

L’histoire de la couleur

Voici la suite de l’article sur l’histoire de la couleur et ses différents dérivés.

De récentes études sur ce sujet vont parfois à l’encontre des idées reçues.

Les sportifs en rouge gagnent plus souvent

Vrai : Une étude de l’université de Plymouth, en Angleterre, portant sur 56 saisons de football anglais montre qu’en moyenne les équipes habillées de rouge finissent plus haut dans le classement, et gagnent davantage de matchs que les autres. Une autre université de Münster, en Allemagne, abonde dans ce sens. Elle prouve finalement qu’à niveau de compétition proche les arbitres ont tendance à favoriser les sportifs en tenue rouge. Reste désormais à déterminer l’origine de cette suprématie. « Il existe aujourd’hui des preuves expérimentales que les stimuli rouges sont perçus comme dominants, analyse Rober A.Barton, un anthropologue anglais spécialiste du sujet.

Le match

Rouge, séduction ou danger ?

La couleur rouge a toujours été ambivalente. Tantôt associée à la faute, au risque ou à l’interdit, tantôt à la puissance et à la séduction. C’est la couleur dont s’ornent les fleurs qui veulent attirer les insectes pour être pollinisées. Celle des théâtres ou de l’érotisme. Mais c’est aussi celle du feu, du sang et du danger, celle du drapeau qu’agitaient les ouvriers sur les chantiers pour avertir d’un péril, et que l’on retrouve sur les panneaux de signalisation.

 

Quand la couleur d’une robe fait débat…

Au début de l’année, cette robe a fait le buzz : impossible de tomber d’accord sur sa couleur. 72% des internautes la voient blanche et dorée, 28% jurent qu’elle est bleue et noire. En fait, la couleur n’est pas une caractéristique propre aux objets, mais issue d’un processus chez l’observateur, elle dépend à la fois de la lumière, de la nature de l’objet et du récepteur. Deux êtres humains ne voient donc presque jamais les nuances de la même manière.

 

La mariée était en rouge

Jusqu’au XIXème siècle, les mariées sont habillées de rouge et non de blanc. La raison ? On revêtait pour ses noces ses plus beaux vêtements et une robe belle et riche se devait d’être rouge.

Cette couleur était en effet celle dans laquelle les teinturiers étaient les plus performants, puisque l’on a très tôt su maîtriser les pigments rouges et produire de belles teintures. Ce n’est qu’à la fin du XVIIème siècle, alors que les valeurs bourgeoises prennent le pas sur les valeurs aristocratiques que l’on somme les jeunes femmes d’afficher leur virginité. Le blanc, image de la pureté et de l’innocence, s’impose alors. Si ce code blanc nous est resté, les mariées en Orient sont, pour leur part, souvent vêtues de rouge, notamment en Chine où la couleur symbolise la prospérité et la chance. En Inde, la mariée porte aussi un sari vermillon, couleur de fête, et, lors de la cérémonie, son futur mari lui applique sur la raie des cheveux  de la poudre de sindoor, rouge symbole du pouvoir, associé à la déesse hindoue Parvati.

 

Les recettes d’un bon petit rouge

L’art paléolithique utilise l’ocre rouge, une terre argileuse. Puis on s’est servi de certains composés chimiques comme l’oxyde de fer mais aussi le sulfure de mercure.

 

Rouge Alimentation, divertissement Energie, efficacité

 

Le bleu favorise la créativité

Faux : Des travaux commandés l’an dernier par l’Université de Colombie britannique, portant sur 263 participants ont remis en cause les conclusions : non, les écrans bleus ne favorisent pas la créativité ; ni les écrans rouges, la concentration. Qu’ils soient de couleur bleue ou rouge les résultats sont sensiblement les mêmes.

Bleu ne fait plus de vague

Tout d’abord signe de ralliement des républicains contre la monarchie, le bleu a très tôt perdu son caractère révolutionnaire. Aujourd’hui consensuelle par excellence, cette couleur est devenue la référence pour les logos des organismes internationaux, telles l’ONU ou l’UE.

Bleu Banque, assurances, santé et propreté Confiance, sécurité

 

Des murs roses ont un effet calmant

Pas sûr : En 2013, une étude réalisée dans la prison suisse de Pöschwises a donné des résultats peu probants. Une trentaine de détenus agressifs ont été placés dans une cellule dont les murs étaient peints en rose, puis trente autres dans des cellules classiques. Les comportements des prisonniers ont ensuite été comparés, sans donner les résultats. Et finalement les cellules ont été repeintes en gris-blanc neutre.

Vous pouvez désormais télécharger cet article grâce à ce lien : l’histoire de la couleur 3

Enfin, je serais ravie de lire vos commentaires, en bas de l’article dans la case prévue à cet effet, ce qui me permettra de connaître la façon dont a été perçu ce sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *